"La porte du changement ne peut s'ouvrir que de l'intérieur" Jacques Salomé
"La porte du changement ne peut s'ouvrir que de l'intérieur"Jacques Salomé

"C'est une perfection de n'aspirer point à être parfait"

Fénélon

 ... Cependant l’exposition à outrance du corps “idéal” féminin en particulier (et masculin de plus en plus), ultra maigre, ou excessivement musclé, retouché ou non par des logiciels dédiés, nous cause bien des soucis. En effet, la comparaison à autrui est inévitable, nous sommes des êtres sociaux; être “comme les autres” c’est faire partie du groupe, c’est quelque part: “être accepté” … 

    Les magazines et maintenant internet, regorgent de titres assassins tels que: “3 astuces pour avoir le poids idéal”, “10 recettes pour avoir le tour de cuisse parfait”, et ainsi de suite; et pauvre de nous, nous avons trop de ceci ou pas assez de cela…

    Il est un fait vérifié que la frustration (ainsi que la peur) sont d’excellents vendeurs, l’industrie de la minceur rapporte aujourd’hui jusqu’à 6 milliards d’euro. Le potentiel de croissance de ce marché est loin d’être atteint. De plus l’instrumentalisation de la santé comme “excuse” à l’amaigrissement excessif, s’accentue et frôle l’intégrisme sanitaire. La croissance du marché de “la minceur à tout prix” a encore de beaux jours devant lui.

  Toute cette effervescence médiatique autour de l’idéal féminin va pousser 80 % des femmes françaises (dont moi, étant adolescente) à faire des régimes, ou à “manger santé” (beaucoup trop=orthorexie), à vouloir contrôler son poids coûte que coûte jusqu'à chercher des solutions radicales dans la chirurgie bariatrique ou esthétique à l’excès. 

Depuis plusieurs années, plusieurs voix s’élèvent pour appeler à l’arrêt des régimes, quels qu’ils soient, puisque faire un régime, c’est déjà un trouble du comportement alimentaire. Par manque de moyens médiatiques (financiers essentiellement), la communication  pédagogique sur ce sujet ne parvient pas suffisamment aux oreilles du grand public.

 

  Le monde de la mode ne sachant coudre que sur des cintres en plastique sans formes, continue inlassablement avec les mêmes messages frustrants: “perdez du poids pour être beaux, pour être jeunes, pour être tendance”, …etc.

  Encore un autre exemple de l’industrie "moderne" où l’humain doit s’aliéner, en se conformant au moule décidé par l’appât du gain. 

Le bon sens et l’écologie dans son sens le plus noble, voudraient que ce soit le moule qui mime l’humain dans sa diversité (en taille, en morphologie, comme en poids) et non le contraire. Voici encore un autre domaine qui met l'humain au service de l'économie au lieu de l’inverse... 

 

   Vous l’aurez compris, si vous souhaitez faire un régime, je ne suis pas la personne qu’il vous faut. 

   Cependant si vous souhaitez apprendre à faire la paix avec la nourriture à être heureuse dans votre corps, à vous soigner des grignotages subtils ou des crises d’hyperphagies boulimiques, vous êtes la (le) bienvenue.

    Titulaire d'un DIU en Nutrition & Diététique à Paris V, je suis de près les travaux du Groupe de Reflexion sur l'Obésité et le Surpoids.   

Voici quelques éléments qui peuvent vous aider à progresser sur le plan psychologique (cf: G.R.O.S.).

    La réponse alimentaire face à un problème de nature non alimentaire:

  • La consommation de nourritures en excès est très souvent une modalité de défense contre des difficultés psychologiques variées.
  • Par exemple, trop manger anesthésie et évite d'avoir à affronter des pensées déplaisantes, des émotions auxquelles on ne parvient pas à faire face.
  • On finit par manger pour ne pas avoir à s'appesantir sur les ratages amoureux et professionnels, les angoisses du lendemain et du surlendemain, les sentiments de culpabilité, les colères, les haines, les rancœurs, les frustrations, les insatisfactions de tous ordres.
  • On en vient à entretenir ses difficultés avec son poids et son alimentation comme un démon familier: sa présence est certes douloureuse, mais elle nous protège d'autres démons, qu'on suppose pires encore.
  • Pour parvenir à maigrir durablement, il convient de régler ses différents problèmes, faute de quoi on ne parviendra pas à diminuer ses prises alimentaires et juguler les compulsions.
  • Une démarche psychologique doit être envisagée d’emblée dans le traitement des troubles du comportement alimentaire.

 

    Quelques situations classiques qui peuvent conduire à manger en excès:

  • Je ressens une faim intolérable, une impression de malaise. Si je ne mange pas, je vais perdre connaissance.
  • Je sais que des aliments que j’aime sont à portée de main.
  • J’ai du travail à faire et j’ai besoin de manger pour parvenir à me concentrer et à travailler.
  • J’ai eu une " contrariété " et je mange pour l’annuler.
  • Les émotions fortes, le bonheur comme le malheur, me font manger.
  • Je mange pour lutter contre mon anxiété ou une sensation de malaise général.
  • Je mange dans les moments d’ennui, de vide.
  • Je mange quand je ressens un sentiment d’insatisfaction de ce que je suis, de ma vie en général.
  • Je mange pour me punir.
  • Je mange pour faire plaisir, ne pas peiner quelqu’un qui m’offre de la nourriture, pour participer à l’ambiance générale.
  • Je mange par révolte, lorsque je subis trop de contraintes.
  • Je mange pour m’opposer à quelqu’un (mon conjoint, mon parent, mon médecin) qui voudrait me faire maigrir et qui surveille ce que je mange.

Comment me joindre

Tél: 06 60 38 71 12

pratiquestcc@gmail.com

6 rue du JURA

91330, YERRES

(à 8min de la Gare de YERRES: RER D).

 

English sessions are possible.


Les frais engagés par les patients pour la psychothérapie en France ne sont pas remboursés par la caisse de sécurité sociale.

Actualités

Atelier: "confiance/affirmation de soi".

Le 14/01/2017. 

Pour toute inscription veuillez adresser votre demande par mail: 

pratiquestcc@gmail.com

 

Prochainement:

"Atelier Coaching parental basé sur la communication bienveillante".